Présentation

Un grand nombre des territoires européens partagent la caractéristique d’avoir connu au cours de leur histoire, de façon plus ou moins prolongée, la souveraineté d’un membre de la dynastie de Habsbourg, et d’avoir à ce titre appartenu à une seule et même sphère d’influence dont les délimitations ont évolué au cours du temps. Pendant la majeure partie de l’époque moderne, notamment, les Habsbourg ont régné à la fois sur les terres du Saint Empire et sur les vastes possessions d’une monarchie espagnole elle-même composite et pourvue d’une ample projection extra-européenne. Le propos de ce programme de recherche est d’étudier dans leur variété et dans leur durée les conséquences de cet état de fait sur l’histoire culturelle des territoires et des sociétés concernés.

Complétant les nombreux travaux qui ont été consacrés d’une part au St Empire romain germanique puis à l’empire austro-hongrois, et d’autre part à la monarchie espagnole des XVIe-XVIIe siècles dans le but d’évaluer au sein de chaque ensemble les facteurs de cohésion, les modalités des échanges et de la circulation des hommes, des idées, ou encore des modèles littéraires et artistiques, un certain nombre de productions scientifiques se sont efforcées, au cours des dernières années, de parvenir à une vision globale de la dynastie et d’approfondir les connaissances sur les relations entre les deux branches issues de Charles Quint et de son frère Ferdinand. Ces travaux, s’ils ont mis en lumière le rôle de médiation entre les cours de Madrid et de Vienne de quelques grandes figures, en particulier de certaines des femmes de la dynastie, ont aussi permis de nuancer l’idée habituellement répandue d’une communauté d’intérêts et d’une cohésion sans faille entre les deux branches de la dynastie, en révélant toute la complexité des négociations, l’existence de rivalités ou de frictions, et l’évolution du jeu des équilibres.

Pour notre part, nous souhaitons concentrer principalement nos recherches sur les interactions entre la dynastie et le patrimoine culturel dans son ensemble des sociétés soumises à sa souveraineté. Si Charles Quint et ses descendants étaient supposés être régnicoles de chacune de leurs possessions et en ont respecté les particularismes juridiques et culturels – la langue notamment –, on peut s’interroger sur la possible transmission de savoirs, de modèles et de pratiques au sein de sociétés diverses qui ont connu, en un temps plus ou moins long de leur histoire, la souveraineté de membres de la dynastie.

A l’étude des milieux de cour et des productions culturelles qui leur sont associées, il conviendra de joindre celle des influences que les modes de représentation des souverains ont pu avoir sur les courants littéraires et artistiques. On songe notamment à déterminer ce qui particularise les Habsbourg dans leur rapport à l’art, à l’historiographie, ou à la foi – la pietas austriaca étant un des éléments qui participent de la construction d’une image globale de la dynastie-  et à examiner les relations entre les modalités de la représentation de la dynastie et les orientations artistiques ou littéraires des différentes sociétés dans lesquelles s’insèrent les milieux de cour. Plus généralement, devront être envisagés les effets de la circulation des hommes à travers les possessions des Habsbourg : la présence de nombreux Espagnols dans le Saint Empire et dans les territoires centre-européens, et celle de sujets allemands, autrichiens ou flamands des Habsbourg dans les péninsules ibérique et italienne, et même dans les possessions du Nouveau Monde, qu’ils soient ou non serviteurs de la monarchie, a certainement eu des répercussions profondes sur les espaces (urbains en particulier), les économies et les connaissances – on pense en particulier au développement et à la diffusion des sciences et de nouvelles techniques.

Il faudra aussi intéresser à la réflexion politique inspirée par la variété et la configuration des possessions des Habsbourg – en tenant compte des évolutions dans le temps – et par leur mode de gouvernement. On pourra ainsi d’une part analyser les nombreux écrits qui, à l’époque moderne, dissertent sur la conservation d’ensembles composites et pluriculturels, sur les périls qui les guettent et les moyens de les juguler, et d’autre part considérer l’utilisation de la référence à un modèle politique propre aux Habsbourg dans la réflexion postérieure.

Il s’agira aussi, en effet, d’évaluer les traces laissées par la dynastie jusqu’à la période contemporaine dans le patrimoine culturel de leurs diverses possessions, à travers les représentations dont elle est l’objet, y compris la production historiographique et artistique, et dans la réflexion politique qui se tourne volontiers vers le passé.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *