Les villes réelles et imaginées comme espaces plurilingues d’échange et de circulation dans l’Empire des Habsbourg

colloque-oct2016L’Empire des Habsbourg peut être étudié sous l’angle de ses structures décentralisées plurilingues et constituer ainsi un véritable objet de recherche. En effet un « État » a pu se développer avec différents centres de pouvoir et grâce à l’intégration de sociétés multiples. Même si l’écroulement de la monarchie en 1918 a longtemps été au centre de la recherche historiographique, aujourd’hui l’attention des chercheurs se porte principalement sur la longévité de la « paisible » existence de cette Empire multiethnique. En ce qui concerne le fonctionnement de l’administration et  les échanges entre les différentes composantes de l’« État » , il était très important pour l’Empire d’avoir une communication qui se situait au-delà des simples frontières linguistiques et culturelles. Tel sera donc l’objectif de cette manifestation scientifique. Continuer la lecture de Les villes réelles et imaginées comme espaces plurilingues d’échange et de circulation dans l’Empire des Habsbourg

Les Habsbourg en Europe : Échanges, représentations et regards croisés à l’époque moderne

afiche-colloqueDes royaumes de Castille et d’Aragon – et pendant un temps du Portugal – aux possessions italiennes de Naples, de Sicile et de Milan, des Flandres jusqu’à l’espace germanophone et centre-européen, les Habsbourg ont régné au cours de l’époque moderne sur un empire qui, en dépit de la division des héritages entre les deux branches de la dynastie à la mort de Charles Quint, ne s’est pas pour autant disloqué : les mariages, les échanges constants, la circulation des courtisans et des conseillers et la défense d’intérêts communs semblent en avoir permis la cohésion jusqu’à la fin du XVIIe siècle, avant que la sphère d’influence des Habsbourg ne se restreigne géographiquement à l’espace centre-européen puis ne se dissolve à la fin de la Première Guerre mondiale.

S’inscrivant dans la continuité des travaux récents qui ont entrepris d’embrasser le vaste ensemble des possessions des Habsbourg en privilégiant l’analyse des relations politiques entre Madrid et Vienne et des échanges entre les milieux curiaux, ce colloque, première manifestation d’un programme de recherche élaboré principalement par les équipes ERLIS (U. de Normandie) et CIRLEP (U. de Champagne), entend aborder l’étude des influences réciproques et des échanges de diverse nature en accordant une large place aux représentations liées au pouvoir. Continuer la lecture de Les Habsbourg en Europe : Échanges, représentations et regards croisés à l’époque moderne

Présentation

Un grand nombre des territoires européens partagent la caractéristique d’avoir connu au cours de leur histoire, de façon plus ou moins prolongée, la souveraineté d’un membre de la dynastie de Habsbourg, et d’avoir à ce titre appartenu à une seule et même sphère d’influence dont les délimitations ont évolué au cours du temps. Pendant la majeure partie de l’époque moderne, notamment, les Habsbourg ont régné à la fois sur les terres du Saint Empire et sur les vastes possessions d’une monarchie espagnole elle-même composite et pourvue d’une ample projection extra-européenne. Le propos de ce programme de recherche est d’étudier dans leur variété et dans leur durée les conséquences de cet état de fait sur l’histoire culturelle des territoires et des sociétés concernés.

Complétant les nombreux travaux qui ont été consacrés d’une part au St Empire romain germanique puis à l’empire austro-hongrois, et d’autre part à la monarchie espagnole des XVIe-XVIIe siècles dans le but d’évaluer au sein de chaque ensemble les facteurs de cohésion, les modalités des échanges et de la circulation des hommes, des idées, ou encore des modèles littéraires et artistiques, un certain nombre de productions scientifiques se sont efforcées, au cours des dernières années, de parvenir à une vision globale de la dynastie et d’approfondir les connaissances sur les relations entre les deux branches issues de Charles Quint et de son frère Ferdinand. Ces travaux, s’ils ont mis en lumière le rôle de médiation entre les cours de Madrid et de Vienne de quelques grandes figures, en particulier de certaines des femmes de la dynastie, ont aussi permis de nuancer l’idée habituellement répandue d’une communauté d’intérêts et d’une cohésion sans faille entre les deux branches de la dynastie, en révélant toute la complexité des négociations, l’existence de rivalités ou de frictions, et l’évolution du jeu des équilibres. Continuer la lecture de Présentation