Archives de catégorie : Non classé

Les villes des Habsbourg du XVe au XIX siècle

Communication, art et pouvoir dans les réseaux urbains

sous la direction de Ludolf Pelizaeus
Octobre 2018

Qu’y a-t-il de « typiquement » habsbourgeois dans le réseau des villes placées plusieurs siècles durant sous la domination de la dynastie impériale ? Lieu de production artistique et intellectuelle, cœur économique, centre décisionnel, l’espace limité de la ville agit en interaction avec le vaste empire qui l’intègre. Il fait partie d’un réseau politique plus large qui permet aux différents partis des deux empires des Habsbourg de faire entendre leurs intérêts à la cour, tant à Vienne qu’à Madrid, à Laxenburg, El Escorial ou La Granja. Avec la superposition des cercles de pouvoir et des sphères d’influences, avec la multiplicité des capitales sur des territoires qui ne forment pas encore des États, les interactions, très souvent parallèles, sont marquées par un échange continuel à l’origine de processus de transferts que le présent volume s’efforce de mettre au jour.

Continuer la lecture de Les villes des Habsbourg du XVe au XIX siècle

Les Habsbourg en Europe – Circulations, échanges, regards croisés

Sous la direction d’Alexandra Merle et Eric Leroy du Cardonnoy

Ce volume consacré aux relations entre les deux branches de la dynastie de Habsbourg à l’époque moderne s’intéresse aux modalités d’une construction identitaire et soumet à l’analyse
l’idée d’une politique conjointe de la Maison d’Autriche en Europe, avant d’aborder, à travers quelques études de cas, la circulation à travers les  possessions des Habsbourg d’individus appartenant non pas aux seules élites mais à des milieux sociaux et professionnels
variés – artistes, ecclésiastiques, marchands et savants.

http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100206930

Les villes réelles et imaginées comme espaces plurilingues d’échange et de circulation dans l’Empire des Habsbourg

colloque-oct2016L’Empire des Habsbourg peut être étudié sous l’angle de ses structures décentralisées plurilingues et constituer ainsi un véritable objet de recherche. En effet un « État » a pu se développer avec différents centres de pouvoir et grâce à l’intégration de sociétés multiples. Même si l’écroulement de la monarchie en 1918 a longtemps été au centre de la recherche historiographique, aujourd’hui l’attention des chercheurs se porte principalement sur la longévité de la « paisible » existence de cette Empire multiethnique. En ce qui concerne le fonctionnement de l’administration et  les échanges entre les différentes composantes de l’« État » , il était très important pour l’Empire d’avoir une communication qui se situait au-delà des simples frontières linguistiques et culturelles. Tel sera donc l’objectif de cette manifestation scientifique. Continuer la lecture de Les villes réelles et imaginées comme espaces plurilingues d’échange et de circulation dans l’Empire des Habsbourg

Présentation

Un grand nombre des territoires européens partagent la caractéristique d’avoir connu au cours de leur histoire, de façon plus ou moins prolongée, la souveraineté d’un membre de la dynastie de Habsbourg, et d’avoir à ce titre appartenu à une seule et même sphère d’influence dont les délimitations ont évolué au cours du temps. Pendant la majeure partie de l’époque moderne, notamment, les Habsbourg ont régné à la fois sur les terres du Saint Empire et sur les vastes possessions d’une monarchie espagnole elle-même composite et pourvue d’une ample projection extra-européenne. Le propos de ce programme de recherche est d’étudier dans leur variété et dans leur durée les conséquences de cet état de fait sur l’histoire culturelle des territoires et des sociétés concernés.

Complétant les nombreux travaux qui ont été consacrés d’une part au St Empire romain germanique puis à l’empire austro-hongrois, et d’autre part à la monarchie espagnole des XVIe-XVIIe siècles dans le but d’évaluer au sein de chaque ensemble les facteurs de cohésion, les modalités des échanges et de la circulation des hommes, des idées, ou encore des modèles littéraires et artistiques, un certain nombre de productions scientifiques se sont efforcées, au cours des dernières années, de parvenir à une vision globale de la dynastie et d’approfondir les connaissances sur les relations entre les deux branches issues de Charles Quint et de son frère Ferdinand. Ces travaux, s’ils ont mis en lumière le rôle de médiation entre les cours de Madrid et de Vienne de quelques grandes figures, en particulier de certaines des femmes de la dynastie, ont aussi permis de nuancer l’idée habituellement répandue d’une communauté d’intérêts et d’une cohésion sans faille entre les deux branches de la dynastie, en révélant toute la complexité des négociations, l’existence de rivalités ou de frictions, et l’évolution du jeu des équilibres. Continuer la lecture de Présentation